La grossesse ou gestation est sport et grossesse pdf’état d’une femme enceinte, c’est-à-dire portant un embryon ou un fœtus humain, en principe au sein de l’utérus, qui est dit gravide. La grossesse se termine en principe par un accouchement aboutissant à la naissance d’un être humain viable, rarement plusieurs.

La grossesse s’accompagne de modifications importantes de l’organisme, que ce soit sur le plan physique, notamment au niveau de l’utérus, ou sur le plan psychique. Plusieurs pathologies peuvent survenir au cours de la grossesse, qu’elles soient spécifiques ou non. Plusieurs méthodes de contrôle des naissances peuvent être utilisées pour influer sur la grossesse. Ainsi, la grossesse peut être issue du recours à la procréation médicalement assistée. L’avancement d’une grossesse est défini par le terme, exprimé le plus souvent en semaines d’aménorrhée, qui représentent la durée écoulée depuis le premier jour des dernières règles. La fécondation ayant lieu en moyenne deux semaines après, une grossesse durant trente-neuf semaines se déroule donc entre les termes de deux et quarante et une semaines d’aménorrhée. L’ectogenèse est l’externalisation du développement de l’embryon ou du fœtus, comme les ovipares.

Elle n’est pas techniquement au point. Articles détaillés : fécondation humaine et fécondation in vitro. Les cellules germinales sont des cellules haploïdes s’étant divisées lors de la méiose, ce sont les éléments de la fécondation. L’ovocyte est une cellule haploïde femelle, elle possède environ la moitié du génome de la mère. Le spermatozoïde est la cellule germinale mâle, il possède environ la moitié du génome du père. Les spermatozoïdes sont déjà matures lorsqu’ils sortent des testicules, regroupés dans le sperme.

En cas de fécondation, le spermatozoïde rencontre habituellement l’ovocyte dans la trompe de Fallope. Il termine sa transformation en ovule lors de sa fécondation. Habituellement, un seul ovocyte est libéré par cycle menstruel, une libération de plusieurs ovules peut produire des jumeaux hétérozygotes ou  faux jumeaux . Des moyens alternatifs de procréation, dont l’insémination artificielle et la fécondation in vitro, sont parfois utilisés dans les cas de stérilité.

Les cellules développantes se distribuent autour du blastocèle, une cavité liquidienne au milieu des cellules. Les cellules deviennent, au fur et à mesure de leurs divisions par mitose, de plus en plus petites. Cette structure comprenant les cellules zygotiques et le blastocèle s’appelle le blastocyste. Le diagnostic biologique de la grossesse se fait par la recherche sanguine ou urinaire de la fraction bêta de HCG, connue également sous le nom de bêta-HCG. Les cellules autour du blastocyste commencent à détruire des cellules du revêtement utérin, produisant de petites flaques de sang et stimulant ainsi la production de nouveaux capillaires sanguins. Ensuite, une mince couche de cellules se développe à la surface de l’embryon, signalant le début de la gastrulation.

Ces trois couches se développeront pour former toutes les structures du corps de l’embryon. Environ dix-huit jours après la fécondation, l’embryon a produit la plupart des formes du tissu dont il aura besoin. Le système nerveux est l’une des premières structures à se développer. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Linea nigra variable selon le phototype dont l’origine évolutive reste obscure.

Tout le système endocrinien et le métabolisme de la mère est affecté et transformé par la grossesse. La grossesse pourrait donc être l’un des facteurs environnementaux expliquant la plus forte prévalence de troubles thyroïdien et de goitre dans la population féminine, d’autant qu’une carence en iode chez la mère conduit aussi à la formation de goitre dans la descendance. La femme enceinte souvent souffre de nausées, en particulier pendant le premier trimestre. Les nausées se manifestent différemment selon les femmes : ainsi certaines ne les ressentent que le matin et d’autres tout au long de la journée, ou certaines femmes auront des nausées fréquentes et quasi quotidiennes alors que d’autres femmes n’auront en revanche pas la moindre envie de vomir durant toute leur grossesse. Lors de la grossesse, la vessie est comprimée, alors que le besoin alimentaire de la mère augmente, ce qui augmente la fréquence du besoin d’urine.

Le métabolisme de la mère est modifié, ce qui se traduite par des modifications du contenu de l’urine. La première grossesse modifie l’architecture du cerveau, d’une manière significative et pour une durée d’au moins 2 ans chez la femme. Ces changements sont corrélés avec les résultats de tests standard d’attachement de la mère à son bébé. Ils surviennent également en cas de fécondation in vitro. Deux ans plus tard, l’hippocampe est presque reconstitué. La grossesse s’accompagne de très importantes modifications psychiques et donc psychologiques.

Ces modifications ne s’expriment pas en cas de déni de grossesse. Articles détaillés : accouchement, fausse couche et mortinatalité. Le post-partum est donc une période à risque de complications psychologiques liées aux bouleversements de tous les repères psycho-physiologiques d’une femme, en particulier lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. Tests biologiques ou de  biodiagnostic : Les premiers tests de mise en évidence de l’hormone HCG faisaient appel à un animal, auquel de l’urine de femme présumée enceinte était injectée. Tests immunologiques, plus précoces plus précis et moins onéreux. En présence d’HCG venant de l’urine de la femme enceinte, l’anticorps anti-HCG réagit avec l’antigène. Plusieurs méthodes coexistent : test d’agglutination, test d’inhibition de l’hémaglutination, test immunoenzymatique colorimétrique, test d’immunoconcentration, test d’immunoconcentration ascensionnelle.